Posté le: 26 juillet 2021 Publié par: Xavier Comments: 0
immobilier sans apport

Aujourd’hui, avant d’accorder un prêt immobilier, les banques ont tendance à demander un apport personnel. Celui-ci représente généralement au moins 10% du prix d’acquisition du bien. Il y a tout de même une possibilité d’investir dans l’immobilier sans apport. D’ailleurs dans le cadre d’un investissement locatif, 60% des prêts immobiliers sont accordés sans apport. Si vous avez l’intention de faire une telle demande auprès d’une banque, découvrez comment procéder afin d’augmenter vos chances d’obtenir une réponse positive.

Investir dans l’immobilier sans apport : bien choisir son logement

Faites attention au bien que vous choisirez pour investir dans l’immobilier sans apport. Car la banque l’analysera pour voir ce qui peut favoriser une hausse ou une baisse du rendement locatif. L’établissement s’intéressera particulièrement à la vacance locative, c’est-à-dire les périodes où le logement restera inoccupé et donc pendant lesquelles aucun loyer ne sera perçu. Une vacance locative est inévitable en cas de réalisation de travaux conséquents ou de sinistre. La banque s’appuiera sur des paramètres précis pour voir s’il sera plus courant de se retrouver face à une de ces situations.

La taille du logement est également un point important à considérer quand on désire investir dans l’immobilier sans apport. Celle-ci a une incidence sur le coût d’entretien du bien ainsi que sur la fréquence dont se fera le turn-over des locataires, ce qui remet en avant le risque de vacance locative.

Il est aussi impératif de tenir compte de la situation géographique du bien, un critère déterminant le niveau de la demande, et donc des loyers pratiqués, et favorisant des taxes qui seront plus ou moins élevées

Avant de contacter une banque en vue d’investir dans l’immobilier sans apport, le caractère du logement ne doit pas être relégué au second plan. Selon qu’il soit neuf ou ancien, les incitations fiscales ne seront pas les mêmes. Aussi, cela a un impact sur le montant des frais prévisionnels d’entretien et de mise aux normes.

Optimiser sa situation financière

Pour augmenter les chances que la banque vous suive dans votre projet d’investir dans l’immobilier dans apport, prenez des dispositions afin d’optimiser votre situation financière. Soyez notamment sûr d’avoir des revenus réguliers. Les banques ont plus confiance aux emprunteurs qui travaillent en CDI car ce statut garantit des revenus fixes et stables. Pour qu’on vous accompagne dans votre projet en tant que travailleur indépendant, il va falloir justifier d’une bonne santé financière.

Aussi, la gestion de vos finances personnelles doit être irréprochable. Pour éviter que votre dossier soit rejeté, faites le nécessaire pour ne pas être en situation de découverts bancaires et ne pas être confronté à des incidents de remboursement. Attendez-vous à ce que la banque vous demande au minimum vos relevés de compte des 3 derniers mois. Vos chances seront très minces si vous vivez au-dessus de vos moyens. Dans un tel cas, les banques ont tendance à refuser d’accorder un prêt au demandeur même s’il est disposé à faire un apport initial. Par contre, si vous avez l’habitude de mettre de côté un certain pourcentage de vos revenus, vous êtes bien parti pour recevoir le crédit souhaité.

Avant d’entamer une démarche dans le but d’investir dans l’immobilier sans apport, assurez-vous d’avoir été financièrement correct lors de vos précédents investissements. Vos anciens crédits ou ceux en cours seront analysés. S’il y en a où vous avez un flux de trésorerie négatif, cela ne jouera évidemment pas en votre faveur. Mais si vous avez eu à réaliser des investissements locatifs avec des flux de trésorerie positifs, la banque vous considérera comme un bon investisseur, aura grandement confiance en vous et ne ferait pas de difficulté à vous accorder un prêt sans apport.