Posté le: 19 février 2022 Publié par: Xavier Comments: 0
investissement locatif

Dans le domaine de l’immobilier, l’investissement locatif fait partie des placements les plus sûrs. En effet, c’est un excellent moyen pour se constituer un patrimoine, augmenter ses revenus, réduire ses impôts ou préparer sa retraite. Mais attention : même si les avantages d’un tel placement sont nombreux, celui-ci peut laisser de mauvais souvenir s’il n’est pas bien étudié. Découvrez les dispositions à prendre pour réaliser un bon investissement locatif.

Étudier attentivement le marché et choisir une cible

Avant de faire votre investissement locatif, prenez le temps d’étudier attentivement le marché. Le mieux est de privilégier une ville dynamique. En outre, analyser divers paramètres, comme la proximité des transports en commun, l’accroissement de la population et les bassins d’emplois. Aussi, il est bon de miser sur une ville où la demande locative est assez forte. Ainsi, vous trouverez plus facilement des locataires. En cas de revente, l’attractivité de la zone permettra de réaliser une plus-value.

Dans le lot des conseils pour un investissement locatif, le choix d’une cible est à prendre particulièrement au sérieux. Réfléchissez au profil de locataire que vous viserez. Si vous avez l’intention d’investir dans de petites surfaces, alors ce sont les étudiants que vous devez cibler. Mais ayez en tête que très souvent, les locataires ne resteront que quelques mois dans le logement. Par contre, si vous optez pour une maison de trois chambres, ce sont plus des familles qui s’y établiront, et ce, pendant des années. Notez que si vous investissez dans un appartement comportant de nombreuses chambres, de jeunes actifs pourraient s’y intéresser pour faire de la colocation. Et si vous acceptez des colocataires, prévoyez une clause solidaire dans les contrats de location. Ainsi, en cas de départ d’un des colocataires, il reviendra aux autres de payer la part de ce dernier ou de tous quitter le logement.

Réfléchir sur la rentabilité

Avant de réaliser votre investissement locatif, réfléchissez sur la rentabilité de celui-ci. C’est un impératif pour vous éviter de mauvaises surprises. Au cas où la rentabilité serait inférieure à 6 % net après déduction des impôts, l’investissement peut ne pas paraitre très intéressant. Mais si dans la zone ciblée l’immobilier est en croissance, la rentabilité augmentera certainement sur le long terme. Une plus-value sera réalisée en cas de revente.

Ne perdez pas de vue le fait que l’investissement locatif soit un investissement sur le long terme. Comprenez donc que vous ne réaliserez pas forcément des gains dans l’immédiat. Le plus important est de bien préparer votre investissement afin de vous garantir des bénéfices intéressants à terme.

Logement vide ou logement meublé : que choisir ?

Pour votre investissement locatif, vous devez choisir entre un logement vide ou un logement meublé. Sachez que dans les grandes agglomérations, la demande en logement meublé est particulièrement forte. Ce type de location intéresse aussi bien les étudiants que les actifs qui sont en mission professionnelle.

Nombreux sont les investisseurs qui ont une préférence pour le logement meublé, car plusieurs avantages en découlent. C’est notamment le cas de la rentabilité. En effet, avec un logement meublé, le loyer est plus élevé que celui d’un logement vide. En plus, la fiscalité est plus intéressante, car il y a moins d’impôts à payer par rapport à l’autre option. Désormais dans le cadre d’une location meublée, les revenus locatifs sont classés dans les bénéfices industriels et commerciaux et non dans la catégorie relative aux revenus fonciers. Si vous avez opté pour la location meublée, faites attention aux meubles que vous choisirez. Le mieux est de miser sur un mobilier moderne et de réaliser une décoration sobre afin qu’elle convienne au plus grand nombre.

Mais si vous voulez éviter les rotations régulières de locataires, il serait plus intéressant de miser sur une location vide. En effet, l’installation de meubles étant généralement contraignante au plan logistique et financier, les locataires ont tendance à rester plus longtemps dans le logement vide loué.

Se renseigner sur les dispositifs de défiscalisation

Un autre bon conseil est de vous renseigner sur les dispositifs de défiscalisation existants avant de faire votre investissement locatif. Ainsi, vous pourrez choisir celui qui vous convient le plus pour réduire vos impôts. La loi Pinel est par exemple un dispositif de défiscalisation qui peut vous faire bénéficier d’un rabais fiscal de 21 % du prix de revient sur 20 ans à condition d’investir dans l’immobilier neuf. Un autre mécanisme intéressant est la loi Censi-Bouvard qui fait profiter d’une réduction d’impôt pouvant atteindre 11 % ainsi qu’une récupération de la TVA à 20 %.

Souscrire une assurance pour prévenir les risques

L’investissement immobilier n’étant pas sans risques, la souscription d’une assurance est vivement recommandée. Vous devez y penser dès que vous entamez les démarches pour l’acquisition du logement que vous mettrez en location. L’assurance peut couvrir divers risques, comme le risque de vacance locative qui peut peser lourd sur votre portefeuille. Mais le risque le plus important dans l’investissement locatif est celui des impayés. En amont, il est bon de prendre des dispositions afin de l’éviter le plus possible. Par exemple, une étude méticuleuse du dossier des locataires intéressés par votre logement est nécessaire afin de retenir celui qui est le plus digne de confiance. L’assurance peut aussi couvrir le risque de dégradation du bien.

Solliciter une agence pour la gestion de la location

Après la réalisation de votre investissement, sollicitez les services d’une agence immobilière pour la gestion de votre logement en location. Cela s’impose particulièrement si vous résidez loin du bien que vous avez acquis. L’intervention de l’agence vous déchargera de toutes les démarches rattachées à la mise en location de votre logement, comme la rédaction de l’annonce, l’estimation du loyer, la sélection des dossiers et les visites. Aussi, c’est elle qui s’occupera de la gestion de la location, dont les relances en cas d’impayés, la gestion des incidents et la participation aux assemblées générales. Mais sachez que le service rendu par l’agence immobilière n’est pas gratuit. Ses honoraires représentent généralement 5 à 10 % du loyer, charges comprises. Notez qu’ils sont par la suite déductibles de vos revenus fonciers. En confiant la gestion de votre location à des professionnels, vous jouez la carte de la tranquillité.